The End of an Era, TOWARDS A NEW WORLD EQUILIBRIUM !

As I would not be a slave, so I would not be a master.

This expresses my idea of democracy.

(Abraham Lincoln)

Gather, ye forest folk, and attend our tale ! The desperate call of heavy hearts is answered ! Mocking priests of the dusk, by the power of our Alliance, the four elements shall have their will of all of you, and with the water that will submerge your infinite boastfulness will rise the sign :PEASANTS ARE FREE ! CARE IS RESTORED !” ”

« Minner Burris est un homme heureux, il a cet ensemble de petits quelques choses qui le démarque des autres. Le succès professionnel, le succès auprès des autres hommes et des femmes.
L’Homme a quitté le système solaire depuis peu – et c’est à la tête d’une équipe de trois astronautes que Minner part sur Manipool établir un premier contact. Leurs corps y seront l’objet d’expériences où ils seront démontés puis reconstruits entièrement mais dont seul Minner réchappera. C’est donc détruit mentalement et physiquement qu’il rejoint la Terre où il passe ses jours enfermé seul à se morfondre.

Lona Kelvin est une fille banale de dix-sept ans, unique par son histoire : c’est la vierge aux cent bébés ! Des savants lui ont prélevé des centaines d’ovules fertiles mais immatures pour réaliser cette expérience. Celle-ci était publique mais pas le nom de la donneuse, alors le jour où la fuite a lieu c’est l’explosion médiatique : on écrit des chansons et des livres sur elle, on réalise des reportages sur sa vie, etc. Puis, « celle qui avait été l’idole du monde pendant neufs jours retomba dans l’obscurité le dixième », seule et sans bébé.

Duncan Chalk est un magnat de l’industrie du spectacle. Il possède le don « vampirique » de se nourrir des émotions des autres et plus particulièrement de la souffrance et du doute. Il est constamment à la recherche de nouveaux phénomènes pour satisfaire ses besoins ainsi que ceux des foules anonymes qui ont fait son empire. La fille et l’astronaute ne manquent pas d’intérêt pour lui. Ce livre est l’histoire de leur rencontre.

Il va les réunir en promettant un nouveau corps à Minner ainsi qu’un de ses bébés à Lona, puis leur permettent de poursuivre leur rencontre par un énorme voyage de plusieurs mois à travers la Terre puis le système solaire. Une histoire riche en émotions au cours de laquelle leur relation évoluera pour le plus grand plaisir des gens normaux.

Silverberg critique la société du spectacle en particulier à travers le don de Chalk, une métaphore de chacun d’entre nous dans le monde actuel. Si l’auteur impute principalement ce défaut aux couches populaires, il s’attaque aussi aux médecins, au sens moral quelque peu diminué, qui mettent plus en avant le progrès [au sens de l’approfondissement et de l’augmentation du savoir sur la physiologie et la psychologie humaines] et la technique que l’être humain. » (1)

« Suddenly, a banking community will not be able to lend money. People will not be able to buy houses. That feeds on itself, and that’s how recessions work : businesses start to lay off workers, they can’t get loans to meet their payoff, they can’t get loans to keep their businesses going. Businesses go out of business, more people are let go. Other people are afraid they will be let go, they stop spending, they spend less money. Business makes even less profit, more businesses go under, and all this feeds on itself, and the economy sinks into a sort of death spiral […], but that takes time : markets can collapse in a few days, the economy sinking takes time.” (2)

America will never be destroyed from the outside.

[When] we [will] falter and lose our freedoms, it will be because we destroyed ourselves !

(Abraham Lincoln)

 

LONG LIVE THE AMERICAN PEOPLE !

TO HELL WITH AMERICAN SHARKS AND VULTURES !

________

(1) Source : http://www.cafardcosmique.com/Un-jeu-cruel-de-Robert-SILVERBERG

(2) Jeff Madrick (Journalist, Economic Policy Consultant and Analyst, Author of “Age of Greed, The Triumph of Finance and the Decline of America, 1970 to the Present”) in “1929, La Crise” by William Karel, Roche Productions)

De Gucht (COMMISSION EUROPEENNE) et Sutherland (GOLDMAN SACHS) copains comme cochons…

“EU Trade Commissioner Karel De Gucht welcomes the Bhagwati-Sutherland [Goldman Sachs] Doha Report

(01/28/2011)

Statement by EU Trade Commissioner Karel De Gucht on the Doha Report led by Professor Jagdish Bhagwati and Peter Sutherland (Chairman Goldman Sachs International):

“I welcome the international expert report on the need to conclude the Doha round – just ahead of the EU’s and its trade partners’ gathering in Davos to look at giving the negotiations a real kick-start. Today’s report is a timely reminder of the huge economic benefits that striking a deal will bring to all corners of the globe as well as the importance of reinforcing the role of the WTO in global trade governance. At the same time, it sends a healthy warning of the risks associated with failure.”

(source : www.trade.ec.europa.eu)

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Bankster’s & Bitch’s Day Off” (collage inspired by Benetton [TM])

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

« La pieuvre Goldman Sachs

Publié le 18-11-11 (Reuters)

La toute-puissante banque américaine Goldman Sachs, surnommée “Government Sachs” à Washington, dispose aussi d’un réseau impressionnant dans les instances dirigeantes européennes.

Qu’on en juge : les deux “Super Mario” ont travaillé pour elle. Le premier, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne depuis le 1er novembre, a été vice-président de la branche européenne de la banque d’affaires de 2002 à 2005, au moment même où la banque a aidé la Grèce à maquiller ses comptes.

Le second, Mario Monti (photo), nouveau président du Conseil italien, est entré dans le cercle très fermé des conseillers internationaux de la banque lorsqu’il a quitté son poste de commissaire européen en 2005.

Un Français et un Allemand

Deux autres anciens de Goldman Sachs sont à la manoeuvre dans le sauvetage de la zone euro.

Côté allemand, Paul Achleitner, le président du géant allemand de l’assurance Allianz, conseille le directeur général du Fonds européen de Stabilité financière (FESF), Klaus Regling. Avant de rejoindre Allianz, il a travaillé pendant douze ans pour la banque d’affaires américaine.

Côté français, Philippe Gudin de Vallerin, chef du service des politiques macroéconomiques et des affaires européennes à la direction générale du Trésor, épaule le directeur du Trésor Ramon Fernandez dans la préparation technique des sommets et des négociations européennes. Il a été de 1997 à 2003 économiste de Goldman Sachs à Paris, puis responsable de la division obligataire, qu’il précise avoir quittée du fait d’un désaccord sur les orientations stratégiques.

Sophie Fay »

(source : www.nouvelobs.com)

NIE WIEDER VAKUUMKAPITALISMUS !!! What do you STINKING POLITICIANS need in order to WAKE UP ?

“It’s all because of these fucking Jewish bankers !”

For the umpteenth time, a confused YouTuber made a racist comment on a vid about Goldman Sachs. For the umpteenth time, I had to explain to him / her that no all Jewish people live in luxury and that even those who do are not all assholes. Culture and / or race have got nothing to do with the ruthless assaults on democracy and on the people by the banking scum of the Earth.

The dichotomy lies elsewhere, namely in the distinction between civilized and uncivilized. The Lloyd Blankfeins (CEO of Goldman Sachs) of this world are predators, they’re animals, but without souls (“anima“), they’re barbarians, without any regard for humanity, justice or culture, modern day Machiaveli’s for whom the end justifies all means. They’re empty creatures who want it all for themselves and who listen to Beethoven while they crush the poor and the helpless…

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

« Warren Buffett soutient Goldman Sachs

 L’Expansion.com (publié le 03/05/2010)

Le milliardaire américain, qui avait investi cinq milliards de dollars dans la banque en pleine crise financière, a apporté lundi son soutien à Goldman et à son PDG Lloyd Blankfein.

 

Warren Buffett contrôle la holding Berkshire Hathaway

(Ceci n’est pas la photo annexée à l’article !)

L’investisseur américain Warren Buffett, qui contrôle la holding Berkshire Hathaway, a apporté lundi son soutien à la banque d’affaires Goldman Sachs et à son PDG Lloyd Blankfein, disant qu’il ne voyait pas de problème avec une transaction ayant déclenché une plainte des autorités.

“Je ne vois pas de problème avec la transaction en question”, a souligné M. Buffett, interrogé sur la chaîne de télévision américaine CNBC sur la “fraude” dont est accusé Goldman Sachs. “Il y a toujours quelqu’un de l’autre côté d’une transaction”, a-t-il précisé.

La banque est accusée par le gendarme de la Bourse, la SEC, d’avoir vendu à des investisseurs un produit financier complexe, adossé à des actifs immobiliers à risque, sans leur dire que ce produit avait été conçu par le fonds d’investissement Paulson qui pariait sur la chute de ces actifs.

Cette affaire, et une enquête parallèle du Congrès puis de la justice fédérale américaine, ont fait chuter le cours de Goldman Sachs la semaine dernière.

Mais lundi, M. Buffett, qui avait investi cinq milliards de dollars dans la banque en pleine crise financière en 2008, a apporté son entier soutien à un établissement avec lequel il est en affaires “depuis 44 ans”. “Nous sommes une bien plus grande société grâce à Goldman Sachs”, a-t-il souligné.

Quant à son PDG, dont certains évoquent une possible démission pour tourner la page, M. Buffett a souligné que “Lloyd Blankfein a fait un très bon travail pour diriger Goldman Sachs”. “Je préfère le voir lui que qui que ce soit d’autre à cette place”, a-t-il ajouté.

Lundi l’action Goldman Sachs reprenait 2,31% à 148,56 dollars vers 14h30 à la Bourse de New York.

M. Buffett, le troisième homme le plus riche du monde, est surnommé “l’oracle d’Omaha” en raison de la sagesse et de la prudence de ses investissements. »

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Watch the little bitch sing in tune in front of Sen. Levin. What these bastards need, the only thing they truly understand is (political) force !

SO HOW MUCH LONGER ARE YOU STINKING POLITICIANS GOING TO BE THE ACCOMPLICES OF THIS SILENT TYRANNY ???

And you ?…

Yes, you ! Who paid for the German reunification ? Don’t you think you ought to be a little humbler ?…

Que cette Europe du fric, cette Europe des commissaires non élus, cette EUROPE ANTIDEMOCRATIQUE aille se faire foutre grave !!!

Que l’on mette une fois pour toutes un terme aux accusations de poujadisme ou de démogagie ! S’ils ne sont pas des chienchiens de la finance, les pantins ci-dessus (et bien d’autres) n’en sont pas moins des incompétents notoires régis par des dogmes obscurs et irrationnels qui leur imposent de renier ceux qui les ont, par leur voix, portés au pouvoir ! Qu’ils assument donc d’être la lie de la civilisation, ou qu’ils changent leur fusil d’épaule ! On ne peut pas continuer de demander au citoyen lambda de bêler avec le troupeau si, en même temps, il ne cesse de se faire enculer par ceux qui sont supposé guider celui-ci !

Oui, il faut une Europe unifiée (ne serait-ce que pour éviter une réédition des bains de sang du siècle dernier), mais pas n’importe comment ! Imaginer fonder les Etats-Unis d’Europe n’a strictement aucun sens, car les Etats qui constituent les USA n’avaient pas, préalablement à leur unification, d’histoire ou de culture séculaire propre derrière eux. Souhaite-t-on unir l’Europe en faisant table rase de tout ce qui a précédé, de tout ce qui contribue à façonner et à faire la vraie richesse de notre continent ? Veut-on une Europe-hamburger où seul compte le fric ?

QUELQUES EXIGENCES DE BASE :

1/ la fin de toute nomination à des postes publics européens d’envergure : l’élection doit devenir la règle ! Dans cette attente, les commissaires et autre pseudo-président de l’Union doivent fermer leur grande gueule et s’abstenir de donner des leçons aux Etats. De Gucht, si tu voulais continuer de jouer dans le bac à sable belge, il ne fallait pas te faire nommer fonctionnaire européen ! Arrête donc d’emmerder Rehn pour qu’il fasse pression sur la gauche belge et boucle-là, ça te changera ! Une Europe majoritairement non élue et à la botte des puissances du fric n’a aucune légitimité pour contester ou influencer les politiques que choisissent de mener les Etats ! Si la Commission ou le Conseil s’avisait malgré tout de mettre la Belgique à l’amende en raison d’un budget qui n’aurait pas été remis dans les temps ou qui ne tiendrait pas compte des nouveaux diktats de la droite européenne, leur image serait écornée et l’Europe en serait vilipendée jusque dans l’un des pays les plus europhiles (ou mous, c’est selon). Par conséquent, il va sans dire qu’ils s’en abstiendront, et tout le monde le sait ! Inutile, donc, d’agiter cette pseudo-menace. On t’a assez vu maintenant, toi et ta clique d’aliens, Karelke !

2/ la fin de la pensée unique européenne, qui voit gauche et droite applaudir de concert toute avancée, fût-elle minime, simplement parce que “c’est l’Europe et qu’il faut faire avancer l’Europe”. Ce temps-là est révolu ! Fi des démocrates et des républicains européens ! Ce dont l’Europe a besoin, c’est de débat et de confrontation d’idées, si tant est que tous les acteurs politiques ne soient pas encore brainwashés, dans leur petite ville dans la ville (Parlement européen) ou leurs petites forteresses (Conseil, Commission), à l’abri de la puante plèbe, qui, décidément, ne comprend vraiment rien à ce qui est bon pour elle ! Il faut qu’une vraie gauche européenne – ni communiste à l’ancienne, ni libérale capitaliste délavée à la Cohn Bendit – se lève enfin pour rendre aux individus, aux citoyens et aux peuples l’espoir d’une alternative à la société pyramidale d’esclaves contemporains qu’est en train de dessiner au forceps la droite Goldman-Sachs-Merkozy ! Si elle ne le fait pas maintenant, elle ne le fera jamais et elle signe d’ores et déjà son extinction ! Il serait donc temps que la gauche actuelle se penche sur ses errances idéologiques et gestionnaires depuis la chute du Mur, en analysant ce que ces dernières ont bien pu, depuis lors, lui rapporter !

3/ une Europe citoyenne et démocratique qui ne vende pas son cul à la finance. Les fauteurs de troubles sont clairement identifiés : ce ne sont pas les citoyens qui ont imaginé les Credit Default Swaps et pollué ainsi l’économie dans son ensemble. Ce n’est donc pas aux citoyens qu’ il appartient de nettoyer la merde des fumeurs de cigares ! Ce sont les banques, les agences de notation, les bourses qu’il convient de mettre au pas, non le volet ‘dépenses’ du budget des Etats !

4/ le rejet virulent de toute harmonisation sociale européenne par le bas : c’est le standard le plus haut qui doit prévaloir pour tous, dans tous les domaines ! Proprement révolutionnaire alors que l’on invite le Belge à concurrencer le Chinois, n’est-ce pas ? Dans le cas contraire, l’Europe n’a aucun sens et elle n’a qu’à aller se faire foutre !

5/ la fin du dogme de concurrence : l’homme ne pourra s’affranchir de sa condition animale et ainsi poursuivre son évolution que s’il n’y est pas perpétuellement rappelé ! La concurrence ne structure pas, elle fragmente, divise, oppose et, poussée dans sa logique ultime, anéantit ! La concurrence est donc idiote sauf pour qui divise aux fins de régner, et il importe de démolir le pilier qui a été érigé en son honneur dans le temple de Barcelone !

En d’autres termes, mieux vaut pas d’Europe du tout que celle que Goldman Sachs est en train de nous pondre !

NB : ce qui précède n’a pas été écrit par quelque tête brûlée, mais par quelqu’un qui s’est engagé politiquement pendant près de vingt ans (sans espérer ni exiger le moindre petit poste de pistonné !), et a donc pratiqué la politique d’assez près pour savoir que toutes les marques de savon qu’on nous vend utilisent, à peu de choses près, les mêmes ingrédients, que les pêcheurs qui lancent leur ligne à l’approche des élections se retrouvent quasiment tous autour de la même mare, qu’un sujet tabou chez les uns l’est aussi chez les autres, qu’aucun ne se donne les moyens de concevoir une véritable alternative, tant tous sont pris dans le tourbillon de l’immédiateté, que le vrai changement et la différence leur font peur, en réalité, et que les idéaux ne sont plus que des vitrines, les mots des pièges, et le langage des clichés figés.

“Si tous les dégoûtés s’en vont, il ne reste que les dégoûtants”, dit l’expression. Mais c’est une expression à double tranchant, car si les dégoûtés restent, qu’est-ce qui les empêchera, une fois lucides, de devenir dégoûtants à leur tour face aux petits soldats du parti bien obéissants et dénués de capacité de réflexion, face aux petits autocrates bouffés par leur ego mais qui seraient bien en peine de nommer une seule réalisation significative à mettre à leur actif, face à tous les petits intrigants dont l’occupation première est de se débarrasser des idéalistes qui pourraient faire de l’ombre à leur médiocrité, face, en somme, à cette nuée de Narcisse putrides en vase clos qui s’imaginent être nés pour décider pour autrui !

Archives

June 2018
M T W T F S S
« May    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 4 other followers