Combien de Makwan, combien de Sakineh encore ?…

Ci-après, une lettre que j’ai envoyée, fin 2007, à l’ambassade d’Iran à Bruxelles dans le cadre de la condamnation à mort du jeune iranien Makwan Moloudzadeh. Il s’agissait d’une initiative d’Amnesty International, qui souhaitait sensibiliser le public à la peine de mort, qui continue d’être appliquée par de trop nombreux Etats.

L’O.N.G. avait sélectionné un certain nombre de personnes condamnées à mort suite à des procès sommaires et partiaux, et les sympathisants pouvaient “choisir” dans cette liste le(s) cas qui irritai(en)t le plus leurs tripes.

Pour ma part, il s’agissait donc de Makwan, un jeune de 18 ans qui avait été condamné pour des faits commis alors qu’il était encore mineur… des faits de viol sur un autre jeune garçon. Mais ce n’est pas tant la notion de viol que celle de sodomie qui était visée par la “loi iranienne”. Dans cette bucolique contrée, cette pratique satanique est assortie, en effet, de la peine de mort ! Que, là aussi, les cas de pédophilie homosexuelle soient nombreux, même dans le chef de certains détenteurs de l’autorité publique, relève pourtant du secret de polichinelle…

Makwan, exécuté peu après le début de l’action d’Amnesty, aura été la énième victime expiatoire d’une hiérarchie sociale iranienne que la modernité terrorise et qui se drape à la mode puritaine : “tuez ces gays que nous ne saurions voir”…

Hier Makwan, aujourd’hui Sakineh et ses proches…

ASSEZ !!!

بس , بسنده , کافي , شايسته , صلا حيت دار , قانع !!!

2 A FLOWER AMONG THE STONES…

Archives

November 2017
M T W T F S S
« May    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 4 other followers