BIG BANG : mijn vragen…

______________

Indien ons universum, dat minstens uit 100 zonnestelsels bestaat, welke op hun beurt miljarden sterren bevatten, deel zou uitmaken van een multiversum, waarom zouden we er dan per se van uitgaan dat er geen enkel fysiek contact tussen de verschillende universa mogelijk is ?

Principieel kan er niemand in mijn hoofd, dat zelf (hopelijk) uit tientallen miljarden breincellen bestaat, maar die cellen communiceren tussen elkaar door middel van energie, meer bepaald elektriciteit. Wie kan er dan met absolute zekerheid beweren dat er geen middel bestaat om vanuit een uitwendig kanaal, welke dit ook moge wezen, met mij gedachten uit te wisselen door middel van een elektrische influx ? En welke zouden – even terzijde – de gevolgen van een dergelijke uitvinding zijn op maatschappelijk vlak ?

Wat als de 96 % materie uit het universum waarvan we niets weten behalve dat het er is (“a known unknown”, zou de andere zeggen), hoofdzakelijk bestaande uit zwarte materie – weer eens een wetenschappelijk bewijs dat zwart niet moet onderschat worden – buiten een soort boom dat het geheel helpt stand te houden, ook als een vessel zou fungeren, een kanaal tussen werelden heen, hetzij binnen ons eigen universum, waardoor ruimteontdekking een miljard giant steps for mankind in één klap zou kunnen zetten, hetzij tussen verschillende universa ? Is dit sowieso, op uiterst lange termijn (naar mensenmaat), niet de enige uitweg in een steeds verder uitbreidend universum waarin de een na de andere de sterren zullen verdwijnen ?

Waarom gaan we er bovendien steeds van uit dat eventuele buitenaardse wezens hetzelfde technologische niveau zouden hebben als wij ? Waarom zouden zij bijvoorbeeld de barrière van de lichtsnelheid al lang niet zijn overstegen ? En indien ze daartoe wel in staat zijn, waarom zouden ze dan niet evenwel hun eigen moleculaire morfologie kunnen aanpassen ? Als we ons aliens inbeelden beschikken die immers meestal over een aantal menselijke trekken. Althans, ze zijn bijna altijd organisch, en dan nog volgens onze normen (lees post dd. 03/12/10). Zelden stellen we ze ons voor als pure energie die tegelijk wilskracht en gedachten mee zou kunnen sleuren, of beter, mee zou kunnen drijven. Dit zou dan wel een essentiële, volmaakte fusie betekenen… En als die E.T.’s zo geavanceerd zijn, zijn ze dan het kwaadaardige dat ons dagdagelijks bestaan van op grote schaal niets betekenende insektjes overheerst kunnen overmeesteren ? Zo ja, zijn ze dan gevoelloos of hebben ze op een of andere manier hun eventuele gevoelens in het geheel weten te incorporeren ?

Last but not least, al heb ik hier wel een en ander over gelezen, het is mij nog niet helemaal duidelijk waarom het voor onze wetenschappers onmogelijk blijft om de beroemde Planck Wall te doorbreken, met andere woorden waarom we nog niet kunnen bestuderen wat er voor de oerknal was. Daarover doen er wel een aantal hypotheses de ronde, zoals de stille, volmaakte, deïstische  melting pot van de broers Bogdanov (lees post van 02/11/10), maar zijn er ook andere ? Zo ja, welke ?

It’s the ‘phallus’, stupid !

Il est de ces expériences tellement farfelues, de ces idées si saugrenues, qu’on peine parfois à les prendre pour réelles. Ce sont les moments ‘chat noir’ dans « The Matrix », généralement annonciateurs d’une reconception en cours…

L’autre jour, par exemple, j’ai trouvé le sauna un peu tiède. Tandis que, du côté obscur, le beau Braz Eduardo branlait son gros membre Incognito, je lançai : « This is a fucking sauna for sissies. » Eh bien, si ça se trouve, voilà la seule phrase par laquelle l’on se souviendra de moi. C’est drôle, non ?…

Maar dan heb ik het begrepen, dankzij het logootje met het vierkantje. “Kunst Zal U Redden !” stond er in hemelse letters geschreven. “Om 21 u op Canvas”, stond erbij… “Ja, Dames en heren, wees niet bang, kom dichterbij, ze bijt niet, kom maar kijken, ja hoor, je mag ze aanraken !” De Canvascollectie is klaar !

And this yèr’s winner is : Ignacio… for his slogan “Forever Now, Never !”

Het bekendmaken van de laureaat werd onthaald door boe-geroep van het publiek, allemaal gefrustreerde, pennyloze,  kunstenaars waarschijnlijk, die het minimalisme van de performance acts van voornoemde misschien aanschouwden als een soort provocatie. En telkens opnieuw komt men terecht bij de allesomvattende vraag : wat is kunst ?

Our opinion is that Canvas has been indulging in a gigantic self-satisfactory exercise. Let us explain a bit further… Our first impression of the laureate was that of a hungry yet sad clown, with second age dandy clothing, rough manners and hermetic verbiage. Yet, we don’t know the artist for anything but his performance. He could be experiencing a huge loneliness, for all we know. All clowns know that the hardest time is when they come home, take off their disguise and face the mirror.

Le public, quant à lui, qu’en sait-on ? Pas grande chose non plus, ni de sa composition, ni des raisons pour lesquelles il a hué le lauréat. Quant à cette interférence, précisément, pourquoi ne pas aller au-delà de l’hypothèse du rejet, du mécontentement, voire du mépris ? Pourquoi ne pas, en effet, considérer ici l’œuvre potentielle dans son ensemble ?

C’est l’œuvre de notre Temps, c’est l’œuvre de la décadence du système contemporain pris, tel dans un Lynch, dans le mouvement centrifuge de son propre dégoût. Le pseudo-artiste serait alors le miroir réceptacle de l’indécente débauche occidentale. Le public, partie prenante du spectacle, a besoin de le huer pour s’en distancer intellectuellement, mais tous deux sont encerclés par l’unité d’espace.

Maar indien het kunstwerk, zij het een performance, ook kunstenaar en publiek omvat, wat is dan nog hun status ? Zijn het dan nog wel levende wezens ? Er hing eens aan de gevel van de faculteit Psychologie op campus een reuze poster met de afbeelding van een huisjesslak die dreigde te worden verpletterd door een anonieme laars. Ligt hier de enige geldige grens tussen beschaving en decadentie niet, ook voor kunst : “Thou Shalt Not Harm, In Any Way !

Als een door dode mussen omringde ‘Prisoner’ mus zou onze artiest, op Canvasrood, wel eens het verhaal van onze tijd kunnen brengen, je weet wel, die van den “It’s Now Or Never”, die van den up & down, die van het goede en het kwade, die van het slachtoffer en het beest, die van den top en den bottom, die van de slaaf en de meester, die van de Vrouw en de Man ! … en van de zwarte gaten die hen verbinden. Als een God trakteert Canvas ons op de finale abstractie !

Celui du « All That Goes Up Must Come Down », du « tant que la machine fonctionne encore un peu », du « pendant que la viande est chaude », du « 3 petits tours et puis s’encrachent », du « Love… To The Rhythm… Slave To… » Nah !

Tous se précipitent sur la nouveauté comme la meute sur un nouveau parfum : nouvelle robe, nouvelle caisse, nouvelle bite, nouveau produit, nouveau format, nouveau, nouveau, nouveau… Mais si tout est nouveau, que reste-t-il de nouveau ?…

C’est la mode qui fermente nos vies dissolues. Or, la mode est une girouette…

La société phallique vous dit bonjour ! « Grow, grow, grow… et crache ! »

Bref, it hurts being a pelican !

Yet, being silent means handing over the future to the void adulators and their self-claimed human mediocrity.

Yet, playing the silly game equals renouncing all the time and space that surrounds it, thus all the possibilities they contain.

Yet, avoiding reality as it really is represents a disservice both to God and to all individuals.

Human mimetism and stupidity remain the challenges, not the music, the source, God, or whatever you call it. Yet, they are encouraged by com.

Die or die” : com is the actual enemy ! Com is killing sense. Com is killing sensibility. Com is killing love. Com is killing you !

I have to keep hearing them say it time and time again like lab freaks leaning over the cradle of a providential guinea pig. I’m sure you know the feeling. What are my guts telling me right now about what the people who claim they know me think about me without ever asking ?

 

« Il aime rien » (45 %)

« Il est foutu » (35 %)

« Il est parano » (20 %)

 

This means a progression of at least 5 % in favor of the first proposition, to the detriment of the second one, in comparison with last week’s poll.

Rébus du jour : “nous, les meks, on sait perkwé !”

Mon petit 1 :

VS.

Mon moyen 2 :

Mon assez gros 3 :

Ma sauce :

Big Smack 2 the winna !

Hey, P-Face, wussup ?

« I See Trees Of Green… » [weekid seekwens / nutt 4 – 66s]

http://actorsandartistsfor911truth.com/Petition.htm

Il faut être conséquent : qui considère qu’il n’appartient pas à un Etat, la France par exemple, de légiférer, c’est-à-dire en quelque sorte d’imposer une vérité officielle, concernant un événement aussi marquant qu’un génocide ne peut, en toute logique, qu’être viscéralement opposé à l’imposition d’une vérité officielle concernant la tragédie du 11/9. Ne pas laisser, si peu de temps après les faits, d’espace pour une quelconque remise en question de la vérité officielle et imposer à si brève échéance une vérité historique, alors que chacun sait que précisément, l’Histoire a besoin de temps, de recul, pour s’écrire et qu’il demeure dans le dossier tant de zones d’ombre auxquelles aucune réponse satisfaisante n’a été apportée par les autorités à ce jour, tant d’associations de citoyens de toutes sortes et de tous milieux désireux de recevoir des précisions qui restent sur leur faim, peut même provoquer l’impression inverse de celle escomptée, à savoir qu’il pourrait y avoir  anguille sous roche…

Une éventuelle instrumentalisation d’une nouvelle enquête par des éléments extrémistes divers n’est certes pas à exclure, et une telle éventualité doit être parée, mais utiliser celle-ci pour faire taire d’emblée toute contestation de la vérité officielle peut constituer un précédent historique et politique très grave dans l’histoire de la démocratie nord-américaine méridionale.

Hitler en a rêvé, Google l’a fait !

Imagine all the people living life in peace…” Imaginez un monde dont aurait disparu toute forme de violence, un monde pacifique, régulé de telle sorte que chaque entité humaine y exerce une fonction clairement définie, telle un rouage dans une machine huilée. Imaginez toute la science du monde accessible en un orgasme neuronal. Imaginez l’immortalité… N’imaginez plus : d’autres l’ont fait pour vous !

« Don’t be evil » (1), proclamait fièrement, à sa genèse, l’une des firmes high tech les plus prometteuses de la « génération Spoutnik » américaine (2). Non dénuée d’ambiguïté, tant une définition linéaire du Mal peut paraître ardue à formuler, cette supplique peut laisser songeur, aujourd’hui. « Méfiez-vous de tous ceux qui viendront à ma suite », aurait averti Jésus, « tous seront de faux prophètes ! » Lorsqu’un pouvoir incommensurable est concentré dans les mains de quelques-uns et conditionne l’existence même du plus grand nombre, n’est-il pas préférable, tout compte fait, que ce pouvoir ne soit dévolu qu’à une Abstraction dont la plénitude échappe à l’esprit humain ?

Au départ simple moteur de recherche, qui s’est vite imposé comme la référence dans son secteur, Google a développé, en l’espace d’une dizaine d’années, des ramifications tentaculaires dans une multitude de domaines liés peu ou prou à son activité d’origine, repoussant simultanément toujours plus loin les limites de ce qui faisait le consensus social.

Cartographie de la planète avec Google Maps, rachat de YouTube en 2006, numérisation de pans entiers du patrimoine littéraire… The sky had disappeared, there was no limit anymore ! C’est avec cette dernière initiative, parallèle au publipostage gratuit de journaux entiers, que le désormais géant des médias a commencé à s’attirer le courroux d’autres acteurs culturels. Car la firme californienne basée à Moutain View – tout un symbole ! – a beau se parer des attributs de la vertu, elle n’en a pas moins, telle un Megaupload avant la lettre (choyée, quant à elle, telle une poule aux œufs d’or, par le pouvoir politique…), violé vénalement (3), avec cette dernière initiative, les lois relatives au copyright, tout en marginalisant un peu plus encore la fréquentation des bibliothèques.

Telle est la logique de l’apparemment irrésistible marche en avant de la société désormais dirigée par Eric E. Schmidt : se dérober à tout débat et mettre tout le monde devant le fait accompli. Des personnes soucieuses de leur vie privée lui reprochent-elles le caractère intrusif de Google Earth, qui pouvait initialement les révéler au monde chatte ou bite à l’air sur leur terrasse ? Schmidt a réponse à tout : « get over it, there’s no private life anymore », leur rétorque-t-il, plein d’aplomb. A cet égard, l’extrême rapidité des sauts générationnels et l’engouement indistinct de masses de jeunes pour la divulgation, sur internet, d’éléments de leur vie privée sont pour lui d’objectifs adjuvants. La logique derrière une telle architecture est simple : une fois que les utilisateurs seront nés avec cette technologie ou y seront bercés comme si elle était naturelle, toute objection relative à la vie privée disparaîtra instantanément, et cette dernière avec elle…

La même logique est à l’œuvre en ce qui concerne Google Street View : votre domicile et ses particularités (alarme apparente en façade ou non, par exemple) sont désormais visibles par quiconque en un clic. Vous estimez que Google aurait dû vous envoyer au préalable une demande en bonne et due forme ? Arriéré, va, et risquer ainsi de faire capoter tout le projet ? C’est à vous qu’il revient de faire part à Big Brother de votre désaccord, auquel cas, à votre demande, Google daignera flouter (une partie seulement de) la façade de votre domicile.

Mais tout ce qui précède n’était que mise en bouche pour ce qui vient : en effet, la puce électronique Google à injecter dans le cerveau est d’ores et déjà annoncée (4) ! Son objectif déclaré ? Amener le cerveau humain à devenir une interface directe avec l’ordinateur. A terme, les potentialités d’une telle innovation sont gigantesques : le téléchargement de données directement dans le cerveau de l’utilisateur pourrait être l’objectif inavoué. Concrètement,  si vous avez envie de lire le dernier Nabe, point besoin de passer chez votre fleuriste ou votre bijoutier, il vous suffirait d’y penser très fort, et hop, en un tournemain, voilà l’ouvrage téléchargé directement en vous ! This is no longer fiction, ladies and gentlemen !

Mais est-ce vraiment l’utilisateur qui aura eu l’idée de lire Nabe, ou cette idée elle-même sera-t-elle techno-induite ? Et qu’est-ce qui amène soudainement mes neurones à faire le lien avec une nouvelle forme de déterminisme programmé ?

Il est difficile de concevoir que la révolution technologique amorcée par Google n’ait été d’une manière ou d’une autre précédée par des expérimentations à grande échelle par la Défense américaine… En outre, à l’ère du nano, l’administration d’une puce RFID à un individu ne requiert plus nécessairement l’aval de l’intéressé… Watch your food, people

« Améliorer l’Humanité », tel est le mot d’ordre scandé dans la nuit noire par tous les porteurs de la Lumière de la science. De la même manière qu’un Hibernatus tout droit sorti du XIXe crierait à la dictature technologique à la vue de notre société contemporaine, il pourrait être tentant pour certains d’entre nous de déceler derrière une telle évolution le spectre immonde d’une société totalitaire figée pour au moins mille ans… C’est pourquoi il importe de trier le bon grain de l’ivraie, en l’occurrence à la fois les bénéfices escomptés d’un tel projet et les menaces réelles qu’il charrie, d’une part, des peurs irrationnelles qu’il suscite, d’autre part.

A priori, rien ne doit entraver la recherche scientifique : en démocratie, les chercheurs doivent pouvoir explorer à leur guise tout élément susceptible d’accroître la connaissance, non sans respecter un certain nombre de règles éthiques fondamentales telles que la juste information et le consentement des intéressés. C’est au peuple qu’il revient, dans un second temps, le plus souvent par l’entremise de sa représentation, de faire un tri politique entre les applications scientifiques qu’il estime socialement pertinentes et / ou souhaitables, et celles qui ne le sont pas.

Il est possible, d’ores et déjà, d’esquisser les contours de l’échiquier sur lequel se déploieront les acteurs de la fusion anthropomachinale qui s’annonce (5), en tout cas de poser dès à présent les questions qui comptent :

–          Quelles sont les finalités d’une amélioration de l’Humanité : une plus grande liberté individuelle comme moteur d’une société plus efficace et plus harmonieuse, ou un plus grand contrôle de quelques-uns sur la majorité ?

–          Une telle entreprise passe-t-elle par un conditionnement de masse ?

–          Une démocratie transhumaniste est-elle concevable ?

–          Pour aboutir à une société sans violence, l’Humanité devra-t-elle renoncer à certaines de ses facultés ?

–          Qui, de l’Etat ou de l’entreprise privée, doit avoir le dernier mot dans l’élaboration et l’implémentation d’un tel projet ? Dans les deux cas, quels garde-fous prévoir ?

Dans la société de la transparence totale (des autres) chère à Google, la vie privée n’a plus de sens pour la simple raison que tout le monde se ressemble. Dans une société où tout le monde est identique, où les désirs formatés ne varient plus qu’en volume (longueur, largeur, hauteur), que pourrait-on avoir à cacher, en effet ?

Or, dans une société où tout le monde est identique, quel pourrait donc être l’intérêt du débat, qui plus est si l’obscurantisme populaire (6) peut avoir raison de tout progrès ? Autant foncer, imposer, et expliquer éventuellement par la suite, lorsque le fait accompli ne pourra plus être inversé…

Mais à cet obscurantisme en répond un autre, autrement plus difficile à digérer pour ceux qui détiennent le pouvoir : qu’aura-t-on accompli en fondant une société immuable, où toute possibilité de changement (7) sera réduite à néant ? Une espèce de big crunch sociétal, dont toute étincelle de vie, tout imprévu, aura disparu ?…

Il est impératif et vital de remettre en adéquation le spectacle télévisuel et politique avec le réel véritable, que certains considèrent chimère virtuelle, afin que les citoyens se réapproprient leur quotidien et leur avenir, car une nouvelle guerre de grande ampleur et ses conséquences pourraient sonner définitivement le glas du libre arbitre humain…

Dans cette attente, est-il sacrilège de penser que tant que l’Humanité ne se sera pas affranchie de son égoïsme et de son clanisme, le transhumanisme sera mieux servi si l’apparent arbitraire d’un Dieu égalitaire et progressiste est à la manœuvre ?…

______

(1)    « Ne faites pas le mal » pourrait en être une pompeuse traduction française.

(2)    En référence au discours prononcé par Big O lors du « State Of The Union » 2011 (cf. post du 28/01/11).

(3)    Par ailleurs, Google ne vend-elle pas depuis peu des espaces publicitaires encartés dans des vidéos de musique téléchargée illégalement sur YouTube ?…

(4)    VRT, Panorama, 09/02/12

(5)    Cf. post du 19/03/11

(6)    … qu’il s’agirait d’éradiquer, s’il n’était politiquement et économiquement rentable, dans une idiote mais sempiternelle perspective de soumission vassalisante

(7)    Le changement est-il possible sans turbulence ?

Ce qui, en un temps t, ne peut être prouvé scientifiquement n’existe-t-il pas ?

Ne peut être considéré scientifique que ce qui a fait l’objet de vérifications répétées, certes, mais pourquoi certaines occurrences récurrentes dans la vie d’un individu, certains phénomènes apparemment inexplicables, ne font-ils même pas, ne fût-ce qu’à titre individuel, l’objet d’étude ? Si certaines évolutions (non de la réalité, mais de la conscience) permettent à l’esprit humain d’ouvrir de nouvelles portes, est-il pertinent de parler de totalitarisme absolu, si ces évolutions se fondent sur le pilier de l’égalité tout aussi absolue entre les femmes et les hommes, et si l’absence (temporaire) d’explication irréfutable permet une palette d’interprétations ?

Comment une société pourrait-elle autre qu’égoïste si son mot d’ordre tacite est de cacher, de refouler, de nier ce qu’il conviendrait, au contraire, de mettre subtilement en partage et en débat ?

Je vous le demande !…

Suckee suckee…

 

Towards hybrid transhumanity ?

Artist : Thijs Van Gasteren

Previous Older Entries

Archives

December 2017
M T W T F S S
« May    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 4 other followers