BIG BANG : mijn vragen…

______________

Indien ons universum, dat minstens uit 100 zonnestelsels bestaat, welke op hun beurt miljarden sterren bevatten, deel zou uitmaken van een multiversum, waarom zouden we er dan per se van uitgaan dat er geen enkel fysiek contact tussen de verschillende universa mogelijk is ?

Principieel kan er niemand in mijn hoofd, dat zelf (hopelijk) uit tientallen miljarden breincellen bestaat, maar die cellen communiceren tussen elkaar door middel van energie, meer bepaald elektriciteit. Wie kan er dan met absolute zekerheid beweren dat er geen middel bestaat om vanuit een uitwendig kanaal, welke dit ook moge wezen, met mij gedachten uit te wisselen door middel van een elektrische influx ? En welke zouden – even terzijde – de gevolgen van een dergelijke uitvinding zijn op maatschappelijk vlak ?

Wat als de 96 % materie uit het universum waarvan we niets weten behalve dat het er is (“a known unknown”, zou de andere zeggen), hoofdzakelijk bestaande uit zwarte materie – weer eens een wetenschappelijk bewijs dat zwart niet moet onderschat worden – buiten een soort boom dat het geheel helpt stand te houden, ook als een vessel zou fungeren, een kanaal tussen werelden heen, hetzij binnen ons eigen universum, waardoor ruimteontdekking een miljard giant steps for mankind in één klap zou kunnen zetten, hetzij tussen verschillende universa ? Is dit sowieso, op uiterst lange termijn (naar mensenmaat), niet de enige uitweg in een steeds verder uitbreidend universum waarin de een na de andere de sterren zullen verdwijnen ?

Waarom gaan we er bovendien steeds van uit dat eventuele buitenaardse wezens hetzelfde technologische niveau zouden hebben als wij ? Waarom zouden zij bijvoorbeeld de barrière van de lichtsnelheid al lang niet zijn overstegen ? En indien ze daartoe wel in staat zijn, waarom zouden ze dan niet evenwel hun eigen moleculaire morfologie kunnen aanpassen ? Als we ons aliens inbeelden beschikken die immers meestal over een aantal menselijke trekken. Althans, ze zijn bijna altijd organisch, en dan nog volgens onze normen (lees post dd. 03/12/10). Zelden stellen we ze ons voor als pure energie die tegelijk wilskracht en gedachten mee zou kunnen sleuren, of beter, mee zou kunnen drijven. Dit zou dan wel een essentiële, volmaakte fusie betekenen… En als die E.T.’s zo geavanceerd zijn, zijn ze dan het kwaadaardige dat ons dagdagelijks bestaan van op grote schaal niets betekenende insektjes overheerst kunnen overmeesteren ? Zo ja, zijn ze dan gevoelloos of hebben ze op een of andere manier hun eventuele gevoelens in het geheel weten te incorporeren ?

Last but not least, al heb ik hier wel een en ander over gelezen, het is mij nog niet helemaal duidelijk waarom het voor onze wetenschappers onmogelijk blijft om de beroemde Planck Wall te doorbreken, met andere woorden waarom we nog niet kunnen bestuderen wat er voor de oerknal was. Daarover doen er wel een aantal hypotheses de ronde, zoals de stille, volmaakte, deïstische  melting pot van de broers Bogdanov (lees post van 02/11/10), maar zijn er ook andere ? Zo ja, welke ?

The End of an Era, TOWARDS A NEW WORLD EQUILIBRIUM !

As I would not be a slave, so I would not be a master.

This expresses my idea of democracy.

(Abraham Lincoln)

Gather, ye forest folk, and attend our tale ! The desperate call of heavy hearts is answered ! Mocking priests of the dusk, by the power of our Alliance, the four elements shall have their will of all of you, and with the water that will submerge your infinite boastfulness will rise the sign :PEASANTS ARE FREE ! CARE IS RESTORED !” ”

« Minner Burris est un homme heureux, il a cet ensemble de petits quelques choses qui le démarque des autres. Le succès professionnel, le succès auprès des autres hommes et des femmes.
L’Homme a quitté le système solaire depuis peu – et c’est à la tête d’une équipe de trois astronautes que Minner part sur Manipool établir un premier contact. Leurs corps y seront l’objet d’expériences où ils seront démontés puis reconstruits entièrement mais dont seul Minner réchappera. C’est donc détruit mentalement et physiquement qu’il rejoint la Terre où il passe ses jours enfermé seul à se morfondre.

Lona Kelvin est une fille banale de dix-sept ans, unique par son histoire : c’est la vierge aux cent bébés ! Des savants lui ont prélevé des centaines d’ovules fertiles mais immatures pour réaliser cette expérience. Celle-ci était publique mais pas le nom de la donneuse, alors le jour où la fuite a lieu c’est l’explosion médiatique : on écrit des chansons et des livres sur elle, on réalise des reportages sur sa vie, etc. Puis, « celle qui avait été l’idole du monde pendant neufs jours retomba dans l’obscurité le dixième », seule et sans bébé.

Duncan Chalk est un magnat de l’industrie du spectacle. Il possède le don « vampirique » de se nourrir des émotions des autres et plus particulièrement de la souffrance et du doute. Il est constamment à la recherche de nouveaux phénomènes pour satisfaire ses besoins ainsi que ceux des foules anonymes qui ont fait son empire. La fille et l’astronaute ne manquent pas d’intérêt pour lui. Ce livre est l’histoire de leur rencontre.

Il va les réunir en promettant un nouveau corps à Minner ainsi qu’un de ses bébés à Lona, puis leur permettent de poursuivre leur rencontre par un énorme voyage de plusieurs mois à travers la Terre puis le système solaire. Une histoire riche en émotions au cours de laquelle leur relation évoluera pour le plus grand plaisir des gens normaux.

Silverberg critique la société du spectacle en particulier à travers le don de Chalk, une métaphore de chacun d’entre nous dans le monde actuel. Si l’auteur impute principalement ce défaut aux couches populaires, il s’attaque aussi aux médecins, au sens moral quelque peu diminué, qui mettent plus en avant le progrès [au sens de l’approfondissement et de l’augmentation du savoir sur la physiologie et la psychologie humaines] et la technique que l’être humain. » (1)

« Suddenly, a banking community will not be able to lend money. People will not be able to buy houses. That feeds on itself, and that’s how recessions work : businesses start to lay off workers, they can’t get loans to meet their payoff, they can’t get loans to keep their businesses going. Businesses go out of business, more people are let go. Other people are afraid they will be let go, they stop spending, they spend less money. Business makes even less profit, more businesses go under, and all this feeds on itself, and the economy sinks into a sort of death spiral […], but that takes time : markets can collapse in a few days, the economy sinking takes time.” (2)

America will never be destroyed from the outside.

[When] we [will] falter and lose our freedoms, it will be because we destroyed ourselves !

(Abraham Lincoln)

 

LONG LIVE THE AMERICAN PEOPLE !

TO HELL WITH AMERICAN SHARKS AND VULTURES !

________

(1) Source : http://www.cafardcosmique.com/Un-jeu-cruel-de-Robert-SILVERBERG

(2) Jeff Madrick (Journalist, Economic Policy Consultant and Analyst, Author of “Age of Greed, The Triumph of Finance and the Decline of America, 1970 to the Present”) in “1929, La Crise” by William Karel, Roche Productions)

It’s the ‘phallus’, stupid !

Il est de ces expériences tellement farfelues, de ces idées si saugrenues, qu’on peine parfois à les prendre pour réelles. Ce sont les moments ‘chat noir’ dans « The Matrix », généralement annonciateurs d’une reconception en cours…

L’autre jour, par exemple, j’ai trouvé le sauna un peu tiède. Tandis que, du côté obscur, le beau Braz Eduardo branlait son gros membre Incognito, je lançai : « This is a fucking sauna for sissies. » Eh bien, si ça se trouve, voilà la seule phrase par laquelle l’on se souviendra de moi. C’est drôle, non ?…

Maar dan heb ik het begrepen, dankzij het logootje met het vierkantje. “Kunst Zal U Redden !” stond er in hemelse letters geschreven. “Om 21 u op Canvas”, stond erbij… “Ja, Dames en heren, wees niet bang, kom dichterbij, ze bijt niet, kom maar kijken, ja hoor, je mag ze aanraken !” De Canvascollectie is klaar !

And this yèr’s winner is : Ignacio… for his slogan “Forever Now, Never !”

Het bekendmaken van de laureaat werd onthaald door boe-geroep van het publiek, allemaal gefrustreerde, pennyloze,  kunstenaars waarschijnlijk, die het minimalisme van de performance acts van voornoemde misschien aanschouwden als een soort provocatie. En telkens opnieuw komt men terecht bij de allesomvattende vraag : wat is kunst ?

Our opinion is that Canvas has been indulging in a gigantic self-satisfactory exercise. Let us explain a bit further… Our first impression of the laureate was that of a hungry yet sad clown, with second age dandy clothing, rough manners and hermetic verbiage. Yet, we don’t know the artist for anything but his performance. He could be experiencing a huge loneliness, for all we know. All clowns know that the hardest time is when they come home, take off their disguise and face the mirror.

Le public, quant à lui, qu’en sait-on ? Pas grande chose non plus, ni de sa composition, ni des raisons pour lesquelles il a hué le lauréat. Quant à cette interférence, précisément, pourquoi ne pas aller au-delà de l’hypothèse du rejet, du mécontentement, voire du mépris ? Pourquoi ne pas, en effet, considérer ici l’œuvre potentielle dans son ensemble ?

C’est l’œuvre de notre Temps, c’est l’œuvre de la décadence du système contemporain pris, tel dans un Lynch, dans le mouvement centrifuge de son propre dégoût. Le pseudo-artiste serait alors le miroir réceptacle de l’indécente débauche occidentale. Le public, partie prenante du spectacle, a besoin de le huer pour s’en distancer intellectuellement, mais tous deux sont encerclés par l’unité d’espace.

Maar indien het kunstwerk, zij het een performance, ook kunstenaar en publiek omvat, wat is dan nog hun status ? Zijn het dan nog wel levende wezens ? Er hing eens aan de gevel van de faculteit Psychologie op campus een reuze poster met de afbeelding van een huisjesslak die dreigde te worden verpletterd door een anonieme laars. Ligt hier de enige geldige grens tussen beschaving en decadentie niet, ook voor kunst : “Thou Shalt Not Harm, In Any Way !

Als een door dode mussen omringde ‘Prisoner’ mus zou onze artiest, op Canvasrood, wel eens het verhaal van onze tijd kunnen brengen, je weet wel, die van den “It’s Now Or Never”, die van den up & down, die van het goede en het kwade, die van het slachtoffer en het beest, die van den top en den bottom, die van de slaaf en de meester, die van de Vrouw en de Man ! … en van de zwarte gaten die hen verbinden. Als een God trakteert Canvas ons op de finale abstractie !

Celui du « All That Goes Up Must Come Down », du « tant que la machine fonctionne encore un peu », du « pendant que la viande est chaude », du « 3 petits tours et puis s’encrachent », du « Love… To The Rhythm… Slave To… » Nah !

Tous se précipitent sur la nouveauté comme la meute sur un nouveau parfum : nouvelle robe, nouvelle caisse, nouvelle bite, nouveau produit, nouveau format, nouveau, nouveau, nouveau… Mais si tout est nouveau, que reste-t-il de nouveau ?…

C’est la mode qui fermente nos vies dissolues. Or, la mode est une girouette…

La société phallique vous dit bonjour ! « Grow, grow, grow… et crache ! »

Thank you, VDL… BELFIOTE ALL ‘ACTIVE’ NOW !

“[…] There’s a third world… the world of objective contents of thoughts.” Never say that it’s the world of the mind…

Bref, it hurts being a pelican !

Yet, being silent means handing over the future to the void adulators and their self-claimed human mediocrity.

Yet, playing the silly game equals renouncing all the time and space that surrounds it, thus all the possibilities they contain.

Yet, avoiding reality as it really is represents a disservice both to God and to all individuals.

Human mimetism and stupidity remain the challenges, not the music, the source, God, or whatever you call it. Yet, they are encouraged by com.

Die or die” : com is the actual enemy ! Com is killing sense. Com is killing sensibility. Com is killing love. Com is killing you !

I have to keep hearing them say it time and time again like lab freaks leaning over the cradle of a providential guinea pig. I’m sure you know the feeling. What are my guts telling me right now about what the people who claim they know me think about me without ever asking ?

 

« Il aime rien » (45 %)

« Il est foutu » (35 %)

« Il est parano » (20 %)

 

This means a progression of at least 5 % in favor of the first proposition, to the detriment of the second one, in comparison with last week’s poll.

Nonobstant sa nature de cause individuelle première, l’échange sexuel est conséquence !…

Rose bonbon, joli cuberdon

Surplombant tel une minuscule crinière

Le lisse velouté du cercle maudit

Qui contient le sésame

Que j’aimerais m’emparer de toi

Mais résistance est loi

Tout alentours, concentriquement

Méthodiquement effleurer

Avec la légèreté d’une plume

Par fines caresses, accumuler l’eau de là

Jusques à engorger tes limbes

Qu’attends-tu de moi, ô rose crinoline ?

Es-tu prête à présent

Pieuvre, au doigté orbital ?

Ressens-tu la nécessité d’une confusion simultanée

Alors qu’étoiles de mer et langoureux mollusque

Œuvrent de concert à ta première libération ?

La vois-tu poindre, ton extrémité de chair

A canon ?

Donne-moi donc ma bombance de ce jour

Voluptueux spectacle mijoté à petit feu

Déluge d’essence aux mille caprices

Ô, horizon de mes espoirs

Ô, cilice de mes tourments

Donne-moi donc le signal

Vas-y, pousse le soupir

Qui signifie que tu m’attends…

« On aimerait bien les voir baiser ! »

(D. Cohn Bendit, à A. Baddou, dans « Le grand mac », Canal +, 02/07/11)

T’es sx

Tech Sex

Tich X

Chti sexe !

“L’idiot du village […], c’est Jésus !” (N. Sarkozy, Pres. RF 2007-2012, live on Comedy Central)

as approved by :

and culture vet :

KMN Production Presents :

starring Nick Lambrouill & Vanessa Inurb, as the housewife

“Une jouissance littéraire

“Ce gars-là, il parlait comme un livre, il causait comme on respire, j’aime autant vous dire qu’il n’était pas du genre à avoir souvent la langue qui fourchait, à devoir la tourner sept fois dans un sens ou sept fois dans l’autre avant de s’exprimer, tout le monde s’arrêtait pour l’écouter et s’il avait fait de la politique il serait ministre à l’heure qu’il est, je crois même que quand il commençait à raconter quelque chose il ne savait pas exactement ce qu’il allait dire, souvent il devait se mettre à parler pour le seul plaisir de parler et l’histoire suivait tout naturellement(…)”

Et voilà pourquoi l’on commence à lire “La danse du fumiste” pour le seul plaisir de lire, pour le seul plaisir de se laisser emporter par les mots qui s’alignent sur les pages, en une seule et interminable phrase. Le plaisir de se laisser mener en bateau, de se voir amené à prendre des vessies pour des lanternes pour être détrompé quelques pages plus loin par notre “fumiste” des plus moqueurs. Pas d’histoire dans cette “danse du fumiste”, mais des rebondissements à la pelle et des chausses-trappes qui évoquent irrésistiblement les pièges du “Bavard” de Louis-René Des Forêts. Mais contrairement au “Bavard”, le fumiste de Paul Emond ne laisse pas au lecteur le temps de respirer, et on arrive au point d’exclamation final à bout de souffle et en proie au vertige comme après un tour de manège.

A lire pour la pure jouissance de la langue et des mots.”

Source : Free_carabine @ http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/6394

Reporters are hy-ste-ric-al :

” Visiting New Francisco Today, Pres. AMABO had a rather cynical reply to a journalist’s question : « Why the fuck should I care a rat’s hole bout wutchur tellin me, you scumbag. » (Vivien Anapurna, reporting live from where it was said)

Franky King sez : “If I only had one question to Pres. Yzokrass, then I’d probably ask him : 9/11 wasn’t staged, now was it ? So it could happen anywhere. How would Mr. Authority react to that, I ask ?

Thrilling to the last bit…

Behind the scenes of one of the best kept secrets in the world… Real face President Yzokrass revealed. Le Roi est new… Ground Breaking ! ***** (New Francisco Film Weekly)

“Mais chéri, nous aussi on a le droit de prendre un petit peu de bon temps, mon amour  (0)”

Out of the picture soon.

Tomorrow live on Foxy News :

“Behind the scenes of a European Parliament Orgy” – Don’t miss it !

Hey, P-Face, wussup ?

Mash-up marmalade : “the masks shall fall one after the other.”

Revoilà, dans un attelage aussi loufoque qu’invraisemblable où les rôles de good et de bad cop sont à volonté interchangeables, toutes ces mouchettes névrosées qui, autour du Buzz Préso, nous invitent, une fois encore, à assister à une pièce de toute pièce montée par l’imagination féculente des docteurs ès manipulation dont elles s’entourent, faite de discours pseudo alambiqués qui tâchent de masquer une déconcertante facilité intellectuelle et laissent percevoir toute la difficulté de décrocher la Lune en pêchant à la ligne, de traquer une pensée qui a, il y a longtemps déjà, quitté les rivages asséchés de la Dombes, de laisser une trace dans un tel océan de médiocrité beauf, mais faite aussi de petits entre-nous cosy et, ma foi, fort chaleureux avec la commune plèbe, pourtant conchiée hier du haut du yacht de l’oubli, faite, en somme, de leurres difformes, de mises en scènes pseudo romantiques qui flirtent avec le mépris, par lesquelles l’on laisse entendre que retourner à la mine n’est ni un impérieux désir, ni un splanchnique besoin, ni même un devoir imposé par l’habituelle clique, mais un service que l’on serait, à la rigueur, prêt à rendre, faite enfin, par voie de conséquence, de macaques médiatiques qui se croient devenus gorilles et qui enchaînent, show après show, les incohérences, les dénis de réalité, les platitudes et les outrages provoqués, servis à la sauce de la mauvaise foi caractéristique de cet horizon égéen dont les mille visages ont saturé la mosaïque d’images de la demi-décennie écoulée.

NOUS MERITONS MIEUX !

 

 

Previous Older Entries

Archives

August 2017
M T W T F S S
« May    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 4 other followers