Le fascisme n’est une projection que pour qui ne se rend pas compte que le protofascisme est déjà au pouvoir !

“LIQUIDATION TOTALE, Mesdames, Messieurs, profitez-en !”

1 / L’ARCHITECTE DU NEANT :

PAR CALCUL ELECTORAL (1), CETTE FIOTTE D’OPERETTE EST EN TRAIN DE METTRE EN DANGER LA VIE DE FRANCAIS INNOCENTS !!!

Que serait-il advenu de la Germanie et du monde si le colonel Stauffenberg avait accompli sa mission ?

2/ L’ARLEQUIN ET SON ANCIEN MENTOR :

Balladur et le nabot se font de basses messes

3/ LES EXECUTANTS :

B. Squarcini (DG DCRI, espionnage intérieur), proche du nabot et mis en examen pour « atteinte au secret des correspondances », « collecte illicite de données » et « recel du secret professionnel »

Erard Corbin de Mangoux (DG DGSE, espionnage extérieur)

4/ LES VEREUX A LA RETRAITE :

Le J. Edgar français, “mafioso” prétendument ancien résistant devenu empereur de l’Intérieur sous Chirac

 

Millon, le transfuge de la Défense

5/ LES PITEUX FAIRE-VALOIR :

Takieddine, le clown en mission commandée (accabler Chirac, dédouaner le nabot)

le pote à la brune bombardé président de l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration pour les qualités intellectuelles considérables qui lui ont valu de proposer l’érection d’un mur “anti-étrangers” le long de la frontière grecque

__________

(1) qui ne s’exprime pas nécessairement dans le timing des arrestations massives et soudaines d’islamistes dits dangereux, mais se lit, en revanche, bel et bien dans la théâtralisation médiatique de celles-ci…

__________

montage photo piqué sur le web

“GO TELL FIRE” (2) : au nom de l’Humanité, cette “société” doit péter !

« Le CRS guadeloupéen traité de

« banania » s’est donné la mort

F.-X. G. France-Antilles Guadeloupe 29.02.2012

 

Décédé le 15 février dernier à son domicile parisien, Jean-marc Niçoise avait fait l’objet de propos racistes de la part de sa hiérarchie. Une plainte avait été déposée, a priori sans effet…

Jean-Marc Niçoise, 36 ans, est mort le 15 février dernier à son domicile en région parisienne. Ce natif de Saint-Claude, CRS de profession, fait partie de ces trois policiers que le capitaine Spina, leur supérieur, avait salué, un matin à l’heure du petit-déjeuner, alors qu’ils étaient en mission en Corse, par un « ça va les bananias ? » Des faits qui remontent à 2009.

DÉPÔT DE PLAINTE

Choqués par l’adresse vexatoire et raciste de leur chef, les trois hommes (tous Guadeloupéens) avaient porté plainte. Malheureusement, le parquet de Meaux avait laissé passer la prescription.

Pour pallier ce manquement du parquet, leur avocat avait attaqué l’État pour déni de justice. Les trois fonctionnaires avaient obtenu, le 2 mai 2011, gain de cause et se voyaient attribuer chacun 5 500 euros en réparation.

HARCÈLEMENT, INJURES

Pour autant, l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Car si les deux collègues de Jean-Marc Niçoise ont obtenu leur mutation, l’un en Guadeloupe et l’autre à Strasbourg, M. Niçoise était resté sous les ordres de son capitaine, dans la même caserne. Et ce dernier aurait poursuivi de ses invectives à caractère raciste son subordonné.

Le 8 ou le 9 février, Jean-Marc Niçoise est retourné voir Me Ursulet pour lui demander de déposer une nouvelle plainte, pour harcèlement et injures racistes contre son capitaine. Nous étions alors en pleine affaire Guéant … Quand Jean-Marc Niçoise est allé voir l’avocat, il était un homme en plein désarroi, et extrêmement touché psychologiquement selon Me Ursulet. Celui-ci lui a conseillé de prendre un peu de repos, de voir un médecin afin de préparer au mieux cette nouvelle plainte. Las, il n’aura pas tenu le coup.

DOUTES AUTOUR DE LA CAUSE RÉELLE DE SA MORT

Mais un nouveau fait troublant vient compliquer ce drame. La famille a d’abord été avertie par la police que Jean-Marc était mort d’un oedème pulmonaire et le parquet a donné le permis d’inhumer. Il aura fallu attendre plus de dix jours et beaucoup d’insistance pour que le parquet de Meaux fasse part des conclusions de l’autopsie. Elles s’orientent vers un suicide par absorption médicamenteuse. La police a saisi des documents et des boîtes de médicament au domicile du fonctionnaire. Dans ces circonstances, Me Ursulet envisage de porter plainte pour homicide involontaire. « Il ressort que, depuis la condamnation de l’État, M. Niçoise a continué de faire l’objet de harcèlement. Son suicide est lié à cela » , estime Me Ursulet.

F.-X.G (agence de presse GHM) »

Source : http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/faitsdivers/le-crs-guadeloupeen-traite-de-banania-s-est-donne-la-mort-29-02-2012-160376.php

NB : les illustrations photomusicales ne sont pas celles de www.guadeloupe.franceantilles.fr.

Facho Pappy, Business Daddy, Girouette Boy, le rat de l’Intérieur et Pedaling Dwarf sont sur un bateau…

« Dites-nous, Grand-Maître, quelle est donc cette secte étrange ? »

Pee Bush, Facho Pappy

Pee GIACOMETTI, Business Daddy

“EUX-MEMES, Predicting the Dwarf’s failure !”

Gee Peltier, Girouette Boy

Le rat de l’Intérieur

« En politique, le choix est rarement entre le bien et le mal,

mais entre le pire et le moindre mal. »

 N. Machiavel

 

“The world is too much with us; late and soon,
Getting and spending, we lay waste our powers:
Little we see in Nature that is ours;
We have given our hearts away, a sordid boon!”

W. Wordsworth

La com, c’est comme la rage : il n’y a qu’une bonne piqûre pour en venir à bout !

Qu’y a-t-il de commun entre les coupes sombres dans la sécurité sociale, le « fichier d’empreintes génitales » inauguré en grandes pompes par le premier trouduc de l’Intérieur voisin, dans la foulée des « fellations » prétendument improvisées par une sacrée coquine et des Lumières déculottées par tel ou tel olibrius, ou encore le panel républicain américain – impérial, en réalité – qui rivalise d’idiotie et de vice intellectuel pour devenir calife à la place du calife ? Le mépris manifeste du peuple, pardi !

Lorsque le crâne d’œuf suffisant qui préside aux peu glorieuses destinées des pensions publiques belges, tellement confiant dans la longévité de Di Rupo I qu’il vient d’annoncer souverainement et à la hâte (stress test ?), lors de la première semaine de gouvernement, le relèvement rapide de l’âge légal de départ à la retraite, assorti d’une réduction drastique du droit à la prépension et de la fin programmée d’une organisation flexible et individuelle de la carrière – thème prétendument libéral, pourtant – affirme œuvrer à la réduction du déficit public, ledit crâne d’oeuf se souvient pertinemment des 15 milliards d’eugros de largesses fiscales consenties aux entreprises durant l’ère Verhofstadt, son mentor, par la grâce de l’inflation masquée rendue possible par le passage à l’eugro, en 1999.

Quinze milliards d’eugros de ristournes et autres boni fiscaux aux entreprises en une dizaine d’années (1), sans la moindre contrepartie, voilà un petit pactole, en effet, que les Robins des relais et châteaux, à rebours de ce que commandent le bon sens commun, la conscience sociale et l’empathie vis-à-vis des petits, se chargent à présent de récupérer manu militari auprès de ces derniers ! C’est que, par ailleurs, le souffle chaud du flatulent a changé de direction et se dirige à présent vers les thatchériens flamands !

Mais, à souffle chaud, souffle chaud et demi : les semaines et mois qui viennent seront l’occasion de démontrer que le mépris continu des pseudo-élites politiques de centre-droit à l’égard des couches populaires se traduit immanquablement de deux manières : soit la violence indistincte, soit la grève générale ! IL EST GRAND TEMPS QUE LES GRANDS PATRONS PRENNENT DANS LE FION A LEUR TOUR, car le destin d’un peuple n’est pas lié au destin des grandes entreprises : ils sont, au contraire, en contradiction flagrante ! En effet, les pseudo-réformes envisagées ne sont, en réalité, à l’heure du trentième anniversaire du chômage de masse, qu’une manière de soumettre, de tenter de tuer dans l’œuf la contestation naissante, légitime !

Certes, avec une opposition francophone inaudible, car prise en étau par des considérations de marketing politique à l’opposé de ses convictions profondes et dominée par un crétin gominé dont le second (et donc ultime) mandat de président est arrivé à échéance il y a plusieurs mois déjà, s’opposer à ce qui a été péniblement mis sur pied peut s’assimiler à du masochisme, car la première alternative qui vient à l’esprit serait sans nul doute pire. La tension, sur les plateaux de télé du nord du pays, était d’ailleurs perceptible, à deux doigts de l’admonestation même, lorsqu’un autre lion flamand, poussé dans le dos par sa base échaudée, est venu annoncer cette semaine une fronde sociale sans précédent depuis les mouvements populaires de naguère (mineurs, agriculteurs, dockers, étudiants, …), et donc de très chaudes semaines et mois en perspective. Mais faire fi de toute opposition de gauche, c’est aussi faire le jeu de la droite !

En tout état de cause, il s’agit, pour les éminences crânes d’œuf, de communiquer, comme, dans la marine, les vaisseaux de guerre envoient des leurres pour déstabiliser leurs assaillants. « Ayez confiance, c’est pour votre bien ! » Quinze milliards sans contrepartie, vous dit-on, trouducs !

La com permet de faire avaler les pires couleuvres, elle peut faire passer du bleu pour du rouge ! La com n’a aucune essence, elle est vide. Demandez donc à Séguéla, il vous le dira (en privé) : la com est l’illustration parfaite du postulat naturaliste sur lequel se fonde le système libéral-capitaliste pour clamer son apolitisme.

Zadig & Voltaire, de même que les godes et autres mises en bouche que l’on s’envoie à la gueule, ce ne sont pas que des messages subliminaux que les intéressés s’adressent par médias interposés, c’est le fruit d’une longue maturation dans l’intellect de VRP d’agences de relations publiques : « Vas-y, Claudie, t’es complètement nul et t’as rien à dire, mais c’est pas grave. C’est tellement gros qu’on parlera de toi, et n’est-ce pas là l’unique objectif ? »

Elle peut se faire violente aussi, la com, car tous les moyens sont bons. Que l’on se rappelle Sharon et ses provocations verbales et physiques répétées à l’endroit des Palestiniens juste avant les élections, sur les pas duquel s’engage à présent un crétin républicain amériki parmi les autres, qui, malgré son appartenance supposée au KKK, diabolise un peuple entier en le qualifiant d’essentiellement terroriste. Puisque les idées ont perdu et l’ego a triomphé, pourquoi se gêner ? Je dirais même mieux, tiens : ces sales Palestoches, il faudrait tous les enfermer dans des camps ! Ah, mais j’oubliais : c’est déjà, grosso modo, le cas…

Si on laisse de côté la com, de quoi s’aperçoit-on ? L’indigence intellectuelle et morale des pseudo-prétendants califes, dans la droite ligne du W, est telle que l’on ne peut s’empêcher de penser que le GOP pourrait laisser passer sa chance, cette fois, en présentant un clone de Bob Dole et en continuant d’utiliser Big O comme paravent pour sa politique conservatrice et sa diplomatie agressive, comme il le fait depuis plusieurs mois, pour le faire exploser en vol, d’une manière ou d’une autre. C’est tellement plus fun, et moins risqué !

Dimanche dernier, en présence de ministres à la fois démissionnaires et fraichement émoulus (en vrac, un ex des Finances qui, selon de nombreuses enquêtes, a été, douze ans durant, un complice silencieux de la fraude fiscale à grande échelle des grandes entreprises (2), le futur président des socialistes belges francophones, une ministre de l’Intérieur couillue et à la dent dure), l’un des pilotes du tandem aux commandes de l’émission de débats politiques « Mise au Point » (RTBF) a entamé l’échange par une question originale, périlleuse même pour qui, comme le piteux président non élu du Directoire impérial européen, affirme établir entre politique et sentiments – politique et humanité, pourrait-on paraphraser – une cloison étanche : « sur le plan humain, qu’avez-vous retenu de ces 541 jours de crise ? »

On pouvait voir les éminences embarrassées. « Mais que me demande-t-il donc là », lisait-on sur les visages. « Chercherait-il, ce fourbe, à me déculotter en public, à me faire passer pour un sentimental face à mes nouveaux amis /adversaires / tontons flingueurs (3) ? » Peinant comme devant un exercice de dissertation particulièrement exigeant, tous ont répondu à côté de la plaque : « moi, ce que je retiens, c’est la découverte sincère d’une amitié naissante et à nulle autre pareille avec mon pote Leterme », moi ceci, moi cela… L’ego était de retour, sans doute même n’est-il jamais parti. Insistance du journaliste, reformulation… rien n’y fit : ce n’est que de la com, braves gens !

Et l’humilité, l’humilité face au peuple, à laquelle semblaient pourtant renvoyer les excuses de Di Rupo en amorce de son discours d’investiture, vous en faites quoi, Mesdames, Messieurs les Seigneurs ?…

___

(1)    Que l’on cherche à stimuler les PME, dont l’ancrage est local et donc bénéfique pour l’économie réelle et l’activité professionnelle, est très compréhensible. Que l’on se mette à plat ventre pour prendre le BEL 20 et autres NYSE dans le cul témoigne, en revanche d’une volonté politique à toute épreuve…

(2)    Selon ces enquêtes (de « Panorama », émission de la VRT, notamment), qui se basaient sur les témoignages concordants d’insiders au ministère des Finances, une grande entreprise court le risque monumental de se faire contrôler par le fisc tous les vingt-cinq ans, elle !

(3)    Biffer la mention inutile.

Archives

October 2019
M T W T F S S
« May    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 5 other followers